Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 10:04

N° I (2012)

Descendance de Gaspard VIGENEIX (VIGINEIX)

époux de Gabrielle REYNAT, d’Anne MARTIN et de Magdelaine FEIFEUX

(fascicule d’une quarantaine de pages)

Constitution du supplément Collection Descendances n° I

Sommaire (1/2 page), Editorial (1/2 page), Arbre généalogique (1 page), Texte généalogique (13 pages), Textes et documents divers : 4 contrats de mariage (8 pages), Acte de naissance en mer (1 page), Blessures pendant la guerre de 1870 (2 pages), Brevet d’invention (4 pages), Sources (1 page), Index des patronymes alliés (1 page), Onomastique (4 pages), Index des lieux (1 page).

Patronymes étudiés

ANGOT, BAROT (BARROT), BARBARIN, BEAULIEU, BERRY, BLANCHEIX, BOISSAIRE, CAVARD, COUSTY, DELORME, DONAGLANE, DUCROS, DUMONT, FEIFEUX (FAIFEUX, FAYFEU), FERRAND, GAUTIER, GUITTARD, HARNISCH, LAVELLE (LAVEL), MARTIN, MATHIEU, MOLAT, NOËL, PERIER, REYNAT (REIGNAT), RENIAT, RIVES, ROTH, ROUSSEL, TENOT, TERNAUD, VARIN, VIGENEIX (VIGINEIX, VIGINET...), VINCENT, VIVIENNE, WIERTH, WINTERER.

Lieux cités

Authezat, Aydat, Belfort (Territoire-de-Belfort, à l’époque Haut-Rhin), Hienghène (Nouvelle-Calédonie), Koumac (Nouvelle-Calédonie), Montpellier (Hérault), Nouméa (Nouvelle-Calédonie), Neuilly-sur-Seine (maintenant Hauts-de-Seine, à l’époque Seine), Païka (Nouvelle-Calédonie), Pantin (Seine-Saint-Denis, à l’époque Seine), Paris, Puteaux (Hauts-de-Seine, à l’époque Seine), Saint-André (Réunion), Saint-Mandé (maintenant Val-de-Marne, à l’époque Seine), Tallende (paroisse de Tallende-le-Majeur) (maintenant Veyre-Monton), Veyre-Monton, Vincennes (Val-de-Marne, à l’époque Seine), Sydney (Australie), Tonkin (à l’époque Indochine française).

Pour toutes informations sur l’obtention de ce fascicule :

lepetitviginet@laposte.net

Partager cet article

Jean-Pierre Vigineix
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 09:08

N° 47 - janvier 2013 

 

Un nouvel article de 1856 sur les éventails... (extrait de la revue Le Travail Universel. Revue des oeuvres de l'art et de l'industrie exposées à Paris en 1856)

Contrat de mariage entre Charles Savignat et Hélène VIGINEIX (14 avril 1890)

Contrat de mariage entre Annet VIGINEIX et Marguerite Planeix (Planneix) (3 juin 1863)

 



N° 48 - mars 2013

Descendance reconstituée de Jean VIGENEIX (VIGINEIX, VIGINET...)

Revue de livres

Un article sur le Fénelon

Justice aux îles Loyalty (Nouvelle-Calédonie)





Si vous désirez recevoir un de ces fascicules n'hésitez pas à nous contacter sur le courriel suivant :

 

lepetitviginet@laposte.net

 

Partager cet article

Jean-Pierre Vigineix - dans Revue de livre
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 09:56

N° 44 - juillet 2012  

     

Quelques registres matricules de Vigineix, Viginet... (I)

         

 

 

N° 45 - septembre 2012 

 

Descendance reconstituée de Nectaire Vigineix sur six générations

Ascendants des rédacteurs à travers l'Histoire    



 

N° 46 - novembre 2012

Des nouveaux actes sur Paris et la banlieue





Si vous désirez recevoir un de ces fascicules n'hésitez pas à nous contacter sur le courriel suivant :

 

lepetitviginet@laposte.net

 

Partager cet article

Jean-Pierre Vigineix - dans Revue de livre
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 09:17

N° 43 - mai 2012

 

Cession des droits successifs mobiliers par les héritiers Saunier à M. Saunier

 

Contrat de mariage entre Gilbert Vigineix et Madeleine Sarliève

 

Contrat de mariage entre Jean Jules Amouroux et Anne Marie Anastasie Vigineix

 

 Onomastique

 

  

Si vous désirez recevoir ce fascicule n'hésitez pas à nous contacter sur le courriel suivant :

 

lepetitviginet@laposte.net

Partager cet article

Jean-Pierre Vigineix - dans Revue de livre
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 10:09

Contrat passé chez Me Barthélemy Jules Cohadon, notaire à Saint-Sandoux (Puy-de-Dôme), le 17 juin 1851 (Archives départementales).

 

Pardevant Me Barthélemy Jules Cohadon, notaire à la résidence de Saint-Sandoux, chef-lieu de canton, et son collègue, notaire à Saint-Amant-Tallende, soussignés

ont comparu

Sieur Jean Vigineix-Roche, fils majeur d’Antoine et de défunte Françoise Seigeat, propriétaire cultivateur, habitant le chef-lieu de la commune de Ludesse, canton de Champeix.

Agissant en son nom propre et personnel, futur époux.

D’une part.

 

Et Mlle Marguerite Gauthier, fille majeure de sieur Mathieu et dame Antoinette Monestier, sans profession, habitant le chef-lieu de la commune de Saint-Sandoux.

Agissant en son nom personnel et encore dire le consentement et sous l’autorisation de ses père et mère, future épouse.

D’autre part.

 

Et sieur Mathieu Gauthier et Antoinette Monestier, sa femme, propriétaires, demeurant ensemble au dit lieu de Saint-Sandoux, comparant aux présentes charges de la constitution et de l’institution d’héritière qu’ils se proposent de faire à leur fille, future épouse.

Encore d’autre part.

 

Lesquels dans la vue du mariage projeté entre le dit Jean Vigineix-Roche et la dite Marguerite Gauthier, en ont arrêté les clauses et conditions civiles de la manière suivante, savoir :

 

Article 1er

Les futurs époux entendent contracter sous le régime de la communauté. Il y aura entre eux une société d’acquêts réglée par les articles 1498 et 1499 du Code civil.

 

Article 2e

La future épouse se constitue d’elle-même un trousseau composé de sept robes garnies, vingt-quatre chemises en toile du pays mi-usées, et autres effets à son usage, et dorures, lequel trousseau, non compris les dorures, amiablement estimé entre les parties à la somme de deux cents francs, sans que cette estimation ne fasse vente de la part de la future au futur ; la future aura le droit seulement de le prendre en nature lors de la dis-sociation du présent mariage, lequel trousseau sera censé être au pouvoir du futur époux lors de la célébration du présent mariage, l’acte civil en vaudra quittance de la part du futur au profit de la future sans qu’il soit besoin de plus expresse.

 

Article 3e

Les père et mère de la future épouse, lui constituant en avancement d’hoirie : 1° une armoire en bois de noyer, à deux battants, fermée et ferrée, fermant à clef, 2° une couette en plumes, 3° six draps de lit en toile du pays, moitié neufs, moitié usés, 4° quatre serviettes ; le tout amiablement estimé à la somme de soixante francs, et rapportable à la succession des père et mère de la future épouse ; les parties déclarent que l’armoire est en bonne qualité.

 

Article 4e

Les père et mère de la future épouse lui constituent aussi en avancement d’hoirie et en attendant l’ouverture de leur succession la jouissance et la propriété :

1° d’une terre située dans les appartenances de Tallende, terroir de La Moutte, contenant entour seize ares, joignant de jour celle de Charles Gauthier, de nuit celle d’Antoine Rivy et de midi la voie commune ;

2° une vigne située dans les mêmes appartenances et terroir, contenant entour seize ares, joignant de jour celle des héritiers de Pierre Rivy et de nord celle de Joseph Martin ;

3° une terre située dans les appartenances de Plauzat,  terroir de Valaizou, contenant entour huit ares, joignant de nuit celle de Jean Gauthier pour sa femme et de nord celle de Sandoux Bergogne ;

4° autre terre située dans les appartenances de Saint-Sandoux, terroir des Varennes, contenant entour vingt ares, joignant de nord celle d’Antoine David et de midi celle de François Veymorat ;

5° et une autre terre située dans les appartenances de Saint-Sandoux, terroir de La Coue, contenant entour douze ares, joignant de jour un tas de pierres et de midi la terre de Jean Gauthier ; les terres et vignes d’un revenu de vingt francs par an tels au surplus que les héritages se poursuivant limitent et comportent à jour en rien excepter ni reprises savoir pour garantie des contenances ci-dessus indiquées.

 

Article 5e

Les époux Gauthier, père et mère de la future épouse, instituent l’un et l’autre, leur fille, future épouse, pour leur héritière conjointement et pour égale portion avec les autres enfants dans les biens meubles ou immeubles qu’ils laisseront à leur décès ; sous la réserve que se font les époux Gauthier d’une somme de mille francs, qu’ils pourront disposer comme bon leur semblera et dans le cas où les père et mère de la future épouse n’en eussent pas disposé avant leur décès, cette somme de mille francs rentrera dans leur succession, et la future épouse en prendra sa part et portion.

 

Article 6e

Le futur époux se constitue tous les biens et droits qui lui sont échus par le décès de sa mère, et ceux qui lui sont advenus par la donation portant partage que le père du futur époux a fait entre les enfants aux termes d’un acte reçu par Me Rollier, notaire à Plauzat depuis entour dix-huit mars faisant sa déclaration ; le futur époux se constitue un trousseau à son usage et plusieurs effets mobiliers et objets accessoires ; le tout estimé entre les parties à la somme de quatre cents francs.

 

Article 7e

Dans le cas où le futur époux viendrait, avec le consentement de la future, à vendre, aliéner ou échanger ses biens, il sera tenu de les remplacer en biens immeubles de même valeur où d’en rapporter le montant des prix des ventes, à l’ouverture de la succession des époux Gauthier, afin qu’ils rendent en partage avec les autres enfants.

 

Article 8e

Et pour l’amitié que se portent les futurs époux, ils se font mutuellement donation, ce qu’ils acceptent réciproquement, de l’usufruit et jouissance de tous les biens meubles et immeubles dont le premier prémourant décédé fait et reste ; pour puisse le survivant en jouir pendant son veuvage seulement ; à la charge de faire inventaire.

 

Article 9e

Dont acte

 

Fait et passé à Saint-Sandoux, en la maison des époux Gauthier ; en présence de 1° sieur Antoine Durif, charpentier, beau-frère du futur, demeurant à Ludesse ; 2° Pierre Croizat, propriétaire, demeurant à La Sauvetat ; 3° Jean Vigineix-Roche, frère du futur, demeurant à Ludesse ; 4° sieur Antoine Monestier, oncle de la future ; 5° Antoine Rivez, oncle de la future ; 6° Antoine Rivez-Monestier, oncle de la future ; 7° François Rivez, oncle de la future ; 8° Charles Gauthier, oncle de la future ; 9° Pierre Toury, parent de la future, 10° Jean Gauthier, frère de la future, tous propriétaires, habitants le chef-lieu de la commune de Saint-Sandoux.

Lecture faite, le futur époux, le père du futur, la mère de la future, François Rivez et Charles Gauthier ont déclaré ne savoir signer de ce enquis séparément, la future, son père et les autres parties ont signé avec nous notaires, le dix-sept juin mil huit cent cinquante et un.

Lecture a été donné aux parties par le notaire du dernier alinéa de l’article 1791 ainsi que du dernier alinéa de l’article 1794 du Code civil, tels qu’ils sont ajoutés par la loi du 10 juillet 1850 et remise leur a été faite du certificat prescrit par cette loi ; dont il contient le texte ; avec attestation que ce certificat doit être remis à l’officier de l’état civil avant la célébration du mariage.

 

Le petit Viginet, n°32, avril 2010.    

Partager cet article

17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 09:41

Acte passé devant Me Maurice Blaise Brun, notaire à Sauxillanges (Puy-de-Dôme), le 9 avril 1872 (archives départementales).

 

Pardevant Me Maurice Blaise Brun, notaire à la résidence de Sauxillanges, chef-lieu de canton, département du Puy-de-Dôme.

En présence de MM. Guillaume Force, serrurier, et Guillaume Cluzel, cordonnier, demeurant l’un et l’autre en la même ville de Sauxillanges, témoins instrumentaires,

ont comparu

M. François VIGINEIX, propriétaire, fils légitime et majeur de défunt Jean VIGINEIX et de vivante Mme Antoinette Vernayre, propriétaire, avec laquelle il demeure à Saint-Diéry-le-Bas, commune de Saint-Diéry-le-Haut, canton de Besse.

Stipulant en son nom personnel comme futur époux en présence et du consentement de sa mère.

Et Mlle Jeanne Genestier, couturière, fille légitime et majeure de M. Blaise Genestier, marchand, et de Mme Jeanne Bouffon, son épouse, avec lesquels elle demeure à Sauxillanges.

Agissant comme future épouse en présence et du consentement de ses père et mère. Mme Genestier étant elle-même autorisée de son mari pour la validité des engagements qu’elle contractera ci-après.

Lesquels ont réglé et arrêté de la manière suivante les clauses et conditions civiles du mariage projeté entre eux et dont la célébration aura lieu incessamment à la mairie de cette ville.

 

Article premier

Ils adoptent le régime de la communauté réduite aux acquêts. Les effets de cette communauté seront régis par la disposition des articles quatorze cent quatre-vingt-dix-huit et quatorze cent quatre-vingt-dix-neuf du Code civil.

 

Article deuxième

M. et Mme Genestier ayant le présent mariage pour agréable, font donation entre vifs, à titre d’avancement d’hoirie, par moitié entre eux,

à la future épouse, leur fille, ci acceptant :

Premièrement d’une somme de six cent francs qu’ils s’obligent solidairement de lui payer, en l’étude du notaire soussigné, dans un an à compter de ce jour, avec intérêt au taux légal prenant cours ce jourd’hui jusqu’à parfait paiement.

Deuxièmement d’un lit en noyer à bateau, d’un matelas en laine et crin et de six draps de lit, ces objets seront remis dans le mois qui suivra le mariage. Leur valeur est fixée, pour le rapport à faire, à cent trente francs, estimation qui n’enlèvera pas à la future le droit de réclamer la restitution en nature, si bon lui semble, vis-à-vis de son mari ou de ses héritiers.

En outre M. et Mme Genestier instituent la future épouse leur fille leur héritière d’une part égale au nombre d’enfants qu’ils laisseront à leur décès dans les biens de toute nature qui composeront leur succession, sous la réserve de pouvoir disposer par préciput et hors part, en faveur de qui bon leur semblera, ensemble ou séparément, d’un héritage, en nature de terre, vigne et jardin, situé au terroir de la Vigne, commune de Sauxillanges, sous préjudice aussi au gain de survie stipulé en leur contrat de mariage reçu par Me Blain, notaire à Sauxillanges, le cinq septembre mil huit cent trente et un.

 

Article troisième

La future épouse apporte au présent mariage et se constitue personnellement en dot comme provenant de ses gains et économies un trousseau composé de :

1° douze robes ;

2° trente-six chemises ;

3° une couette en plumes ;

4° une couverture en laine ;

5° un couvre-pieds en indienne ;

6° un traversin et un oreiller en plumes ;

7° et les menus linges à son usage corporel.

Le futur époux demeurera chargé de cet apport par la célébration du mariage dont l’acte civil vaudra reconnaissance. La future épouse aura le choix d’en réclamer la restitution en nature ou la valeur qui est fixée à trois cents francs.

 

Article quatrième

Les biens du futur consistent, ainsi qu’il est à la connaissance des autres parties, en :

1° les vêtements à son usage d’une valeur de deux cents francs ;

2° une somme de cinq cent cinquante francs à lui dû par Julien VIGINEIX, son frère, et autres, en vertu d’un partage et d’une vente reçus par Me Mallet, notaire à Champeix, sous leurs dates, non représentés mais affirmés enregistrés ;

3° et différents immeubles à lui attribués par le partage précité, d’une valeur de quatre mille francs, estimation qui n’est faite que pour l’argent des droits d’enregistrement.

 

Article cinquième et dernier

Les futurs époux se font donation réciproque, à titre de gain de survie, ce qu’ils acceptent respectivement, de l’usufruit des biens de toute nature qui composeront la succession du prémourant. Pour, par l’époux survivant en jouir pendant sa vie sans être tenu de donner caution, de faire emploi du mobilier ni de faire dresser inventaire.

En cas d’existence d’enfants cette donation sera réduite à moitié toujours en usufruit avec les même dispenses que dessus.

Telles sont les conventions arrêtées entre les parties auxquelles, avant de clore, Me Brun a donné lecture des articles treize cent quatre-vingt-onze et treize cent quatre-vingt-quatorze du Code civil et délivré le certificat prescrit par ce dernier article pour être remis à l’officier de l’état civil avant la célébration du mariage.

Dont acte.

Fait et passé à Sauxillanges, en la maison de M. Genestier-Bouvet, frère de la future épouse.

En présence de différents parents du futur époux, non ici dénommés attendu qu’ils n’y figurent qu’ad honoris.

Après lecture, M. Genestier, père et la mère du futur époux ayant individuellement déclaré ne savoir écrire ni signer, de ce interpellés, les autres parties ont signé avec les témoins et le notaire.

L’an mil huit cent soixante douze,

le neuf avril.

 

Le petit Viginet, n°32, avril 2010

Partager cet article

29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 13:45

N° 40 - novembre 2011

 

Actes d'état civil du XIXe siècle :

- Acte de naissance et décès (Mayenne)

- Acte de naissance (Loiret)

- Acte de décès (Eure)

 

Vu sur le Net... (site Gallica, BnF)

 

 

N° 41 - janvier 2012

 

Descendances reconstituées de deux Gaspard Vige(i)neix

- descendance reconstituée d'un premier Gaspard Vigeneix sur sept générations

- descendance reconstituée d'un second Gaspard Vigineix sur deux générations

 

N° 42 - mars 2012

 

Inventaire après le décès de Mme Rosalie Augustine Moulin épouse de Félix Louis Viginet

 

Vu sur le Net... (site Gallica, BnF)

   

 

Si vous désirez recevoir un de ces fascicules n'hésitez pas à nous contacter sur le courriel suivant :

 

lepetitviginet@laposte.net

Partager cet article

Jean-Pierre Vigineix - dans Revue de livre
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 09:30

N° 37 - mai 2011

 

Un nouveau brevet déposé par un Vigineix :

- Procédé de tétanisation destiné à faciliter l'opération d'enlèvement (de dépouille) de la peau d'un animal de boucherie et installation pour la mise en oeuvre du procédé

 

- Obligation (750 F) par M. Michel Vigineix à M. Simon Vigineix

 

- Aide généalogique

 

- Vu sur le Net... (site Gallica, BnF)

 

N° 38 - juillet 2011

 

Deux contrats de mariage dans le Loiret :

- Désiré Antoine Virginet et Elisabeth Chesnoy

   (premier mariage) (1846)

- Désiré Antoine Virginet et Judith Anastasie Desprets

   (second mariage) (1857)

 

- Quelques documents sur le Fénelon

 

- Association humanitaire Chemins d'Arc-en-Ciel



N° 39 - septembre 2011

 

- La milice du Viginet dans son époque historique



Si vous désirez recevoir un de ces fascicules n'hésitez pas à nous contacter sur le courriel suivant :

 

lepetitviginet@laposte.net

Partager cet article

Jean-Pierre Vigineix - dans Revue de livre
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 10:25

Contrat passé chez Me Jacques Marie Camille Meyrand, notaire à Montaigut-le-Blanc (Puy-de-Dôme), le 3 mars 1826 (archives départementales).

 

Devant Jacques Marie Camille Meyrand, notaire à la résidence de Montaigut-le-Blanc, arrondissement d’Issoire, département du Puy-de-Dôme et son confrère soussigné sont présent Jean VIGINEIX-ROCHE, cultivateur, demeurant à Ludesse et Françoise VIGINEIX-ROCHE, sa sœur, femme de chambre de Mme Doliat, demeurant à Saint-Flour, qui nous ont dit avoir amiablement et irrévocablement fait entre eux le partage des immeubles composant la succession de défunt Pierre Rifaut et de défunte Jeanne Rollier, leurs grand-père et grand-mère communs en leur vivant cultivateurs demeurant à Ludesse desquels ils ont fait deux lots les plus égaux possibles, lesquels tirés au sort le premier est échu à Françoise VIGINEIX-ROCHE et consiste en ce qui suit.

1° un champ appartenances de Ludesse, terroir de Champredon, contenant environ onze ares quarante mètres ou trois cent toises, joignant à l’est et nord celui des (illisible), une partie du même champ et autres avant celui de midi de Rollier ;

2° une vigne, terroir de Lagoye, même contenance que dessus, joignant à l’est celle de Pierre Pojat, au sud celle de Claude Dabert, à l’ouest celle de Pierre Assolent, au nord celui d’Antoine VIGINEIX-ROCHE ;

3° une vigne, terrain de Vinselle, un are quarante deux mètres ou quarante toises, joignant à l’est celui des héritiers de Pierre Roussat, au sud celui d’Antoine Rousseau, à l’est celui de Louis Planeix, au nord celui de Jean Peransea (?) ;

4° une vigne, même terrain, même contenu, joignant à l’est les bornes de la commune, au sud la route de Plauzat, à l’ouest la même, au nord celle de Pierre Sejat ;

5° un champ, terrain des Rivaux, contenant environ dix-huit ares ou cinq cent toises, joignant à l’est celui de Pierre Assolant, au sud celui d’Etienne Le Matot (?), à l’ouest celui d’Antoine Montagne, au nord celui de Vincent VIGINEIX-ROCHE ;

6° une vigne de moitié seulement à prendre au nord inclinant à l’ouest contenant en totalité environ onze ares quarante mètres ou deux ouvrées, joignant à l’est celle de Seraux, au sud la voie commune, à l’ouest celle d’Antoine Montagne, au nord le champ de François Baffaleuf ;

7° un petit verger, terrain de Liat, contenant un are quarante mètres ou cinquante toises, joignant à l’est celui de François Assolent-Sandoux aussi par sa femme, au sud le ruisseau, à l’ouest celui de Jean Lacante, au nord le même ;

8° un petit verger, terrain de la Naute, contenant deux ares quatre-vingt-cinq mètres ou quatre-vingt-dix-huit toises, joignant de jour celui des Naux, au sud le ruisseau, à l’ouest celui de Pierre Sejat, au nord la voie commune ;

9° un petit jardin, quartier de Poche, contenant soixante et dix mètres ou dix-huit toises, joignant à l’est et au nord la voie commune, à l’ouest celui de Marguerite Astorgues, au sud celui d’Antoine Lagarde ;

10° une petite saulée appelée la Couze du communal, contenant vingt-cinq mètres ou neuf toises, joignant de jour celui de Pierre Chameil, au sud celui de Pierre VIGINEIX-ROCHE, au nord la voie commune ;

11° la moitié à l’ouest du champ, appartenances de Champeix, terrain du Puy, contenant en totalité deux ares quatre-vingt-cinq mètres ou sept cent toises, joignant à l’est la voie commune, au sud celui de Jean Baussange, à l’ouest celui de François Assolent-Sandoux et aussi au nord le même ;

12° un champ, terrain d’Angniat, contenant environ dix-huit ares, joignant à l’est la voie commune, à l’est celui de Mathieu Assolent le vieux et autres, à l’ouest celui de Vincent VIGINEIX-ROCHE, au nord celui de Jean Lacoste ;

13° un champ derrière le bois, contenant environ onze ares quatre-vingt mètres ou trois cent quarante-quatre toises, joignant à l’est et ouest la voie commune, au sud celui de Vincent VIGINEIX-ROCHE, au nord celui d’Antoine Chameil par sa femme ;

14° un champ, terrain du Chancel, contenant environ dix ares quatre-vingt mètres ou deux ares cent soixante toises, joignant à l’est celui de Joseph Garnaud-Rigaud, au sud la voie commune, à l’ouest celui de Joseph Garnaud-Rigaud, au nord celui d’Antoine Dufaut ;

15° une maison avec aisances et dépendances située à Ludesse, quartier de Peri, joignant dans ces quatre confins, la voie commune et tous les meubles qui s’y trouvent.

Le second lot est échu à Jean VIGINEIX-ROCHE et consiste en ce qui suit.

1° un champ, terrain de Champredon, contenant environ dix ares ou deux cent vingt-quatre toises, joignant de jour celui de Michel VIGINEIX-ROCHE, leur père, au sud celui de Pierre Chomeil-Jurie par sa femme, à l’ouest celui de Georges Monier, au nord autre champ échu au premier lot, premier du premier lot ;

2° un champ, terrain de Saucint, contenant environ six ares ou deux cent trente toises, joignant à l’est la voie commune, au sud celui de Françoise Emi, à l’ouest celui de Vincent VIGINEIX-ROCHE, et au nord le même ;

3° une vigne, terrain de Vingt, contenant environ quatre ares quatre-vingt-dix mètres ou cent cinquante toises, joignant à l'est, sud et ouest celui des Vaux, au nord celui d’Antoine Chameil ;

4° une vigne, terroir idem, appelée Le Creux de Pinsel, contenant quatre ares vingt-huit mètres ou cent dix toises, joignant à l’est celui des Raux, à l’ouest celui de Pierre Chuti, au nord celui de Joseph Garnaud-Roussel par sa femme ;

5° la moitié de la vigne à prendre dans le bas de l’unique terrain de Vindel, indiquée et confinée en un article de fin du premier lot ;

6° un champ, terrain de Suinaux, contenant environ douze ares ou trois cent quatre-vingt toises, joignant à l’est celui de Pierre Sejat et autres, au sud celui de Pierre Monier, à l’ouest celui du ci-devant, au nord celui de Claude Dabert ;

7° un champ, même terrain, contenant un are quatre-vingt-dix mètres ou trois cent vingt-deux toises, joignant à l’est celui de Jean Auguet, à l’ouest celui d’Antoine Assolent-Noutif (?), au nord celui de Michel VIGINEIX-ROCHE, au sud celui de Joseph Garnaud-Roussel par sa femme ;

8° un petit verger, terrain de Liat, contenant environ trois ares, joignant à l’est celui d’Antoine Lagarde, au sud celui de Françoise Assolent-Jouandaux, à l’ouest celui de Jean Lacoste, au nord celui de Pierre Mallet ;

9° un champ, terrain de Champ Naulieux, contenant environ cinq ares ou cent quarante-cinq toises, joignant à l’est celui de Jean Baussunge, au sud celui de Raux, à l’ouest celui des héritiers de Pierre Tachaix, au nord celui de Pierre Assolent-Jouandaux ;

10° une petite saulée, terrain des Paintes, contenant environ soixante et dix mètres ou dix toises, joignant à l’est celui de Jean Durif, au sud celui de Pierre Assolent-Ménard, à l’ouest celui d’Antoine Espiratduc, au nord celui de Jean Garnaud-Vigourat ;

11° la moitié à l’est, inclinant au sud du champ, appartenances de Champeix, terroir du Puy, indiqué et confiné en l’article onze de premier lot ;

12° une voûte et le dessus situé à Ludesse, quartier de la rue de Peni, couvert de paille, joignant à l’est la maison de Michel VIGINEIX-ROCHE, son père, au sud celui de Vincent VIGINEIX-ROCHE, à l’ouest la grange de Jean Piranvau par sa femme, au nord la voie commune ou la cour commune ;

13° une grange couverte de paille et le chezal y attenant, joignant à l’est et au nord la voie commune, au sud la grange et jardin de Vincent VIGINEIX-ROCHE, à l’ouest le même avec un retour de deux cent quarante-six francs que Jean VIGINEIX-ROCHE promet et s’oblige porter et payer à Françoise VIGINEIX-ROCHE dans cinq ans à dater des présentes sans intérêt qu'après ce terme lequel arrivé il aura lieu  à raison de cinq pour cent sans retenue.

Chacun des copartageants a retiré sa portion du mobilier qui leur sont échu et chacun d’eux l’ont placé dans les bâtiments qui leur sont échus au présent partage. Chacun se garantit leur lot. Toutes les charges dont peuvent se trouver grever les objets du présent partage devant supporter par moitié entre les deux comparants. Il est convenu que par attribution au lot de Jean VIGINEIX-ROCHE il lui est échu :

1° un champ, terroir du Chancel, contenant environ onze ares quarante mètres, joignant à l’est celui d’Antoine VIGINEIX-ROCHE, à l’ouest celui des héritiers de Pierre Girard ;

2° un champ, même terroir, contenant environ huit ares ou douze cent soixante-dix toises, joignant à l’est celui de Joseph Garnaud, au sud et ouest celui de Derrause, au nord celui de Pierre Ravelle ;

3° un jardin, appelé Le Pechoise, contenant quatre ares, joignant à l’est celui de François Garnaud-Roussel, au sud et ouest la voie commune, au nord celui de Pierre Mallet, comme ayant été aliéné.

Il résulte de mil huit cent vingt-six appartiendra en entier à Jean VIGINEIX qui sera tenu de payer les charges courantes de la parcelle annoncée et les frais de servitudes de la dite Jeanne Rollier, lesquelles charges n’excédant pas la somme de vingt-quatre francs pour l’exécution des présentes parties chacune en droit faisant spécialement affectées et hypothéquées les bâtiments, champs, prés, vignes et jardins qu'elle ont dans la commune de Ludesse et qu’elles y exploitent divisées en parcelles et espacées, soit les autres parties à Champeix, maison Lespinat en parcelles de notre confrère qui a signé avec nous et Françoise VIGINEIX-ROCHE, Jean VIGINEIX-ROCHE a dit ne savoir signer de ce enquis. Le trois mars mil huit cent vingt-six pour partage.

Enregistré à Champeix le seize mars 1826, fol 35.10, c 45.67.88 pour 1° cinq francs pour partage. 2° onze francs vingt 8 centimes pour retour et 3° un franc soixante-deux centimes pour dixième.

Le petit Viginet, n°32, avril 2010

Partager cet article

18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 11:10

Le petit Viginet (papier) 2011 à fait peau neuve grâce à un nouveau logiciel donc voici les sommaires des articles parus à ce jour :

 

N° 35 - janvier 2011

 

Trois contrats de mariage au XIXe siècle

- Annet Viginet et Marie Dufaux (1865)

- Pierre Aurine et Marie Vigineix 1864

- Guillaume Pons et Marguerite Vigineix (1862)

 

Aide généalogique

 

Vu sur le Net... (site Gallica, BnF)

 

+ supplément des articles publiés depuis 2003

 

N° 36 - mars 2011

 

Charles Victor Viginet éventailliste sous Napoléon III

Extraits de la revue L'Eclair, Paris, 1863

 

Extraits de la revue Le Journal inutile, Paris, 1858

 

Erratum

 

N°37 - mai 2011

 

Un nouveau brevet déposé par un Vigineix (Procédé de tétanisation destiné à faciliter l'opération d'enlèvement de la peau d'un animal de boucherie...)

 

Obligation (750 F) par M. Michel Vigineix à M. Simon Vigineix (1911)

 

Vu sur le Net... (site Gallica, BnF), 1909, 1904 et 1902

 

Aide généalogique

 

Si vous désirez l'un de ces bulletins papier, contacter

 

lepetitviginet@laposte.net

 

 

Partager cet article