Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 06:00

Aux archives départementales de la Seine (Paris), se trouve un dossier de faillite d'un marchand de parapluies dénommé Jean VIGINEIX-ROCHE et ce qui suit décrit, en partie, la demande de cette mise en faillite, le rapport et l'inventaire du magasin.

Ces différents documents apporte de précieux renseigne­ments, tant professionnels que familiaux, ainsi que pour des recherches généalogiques.

                                              

Publication du dépôt de bilan du 15 octobre 1884

Bilan du sieur VIGINEIX-ROCHE Jean.

Je soussigné VIGINEIX-ROCHE Jean, fabricant de para­pluies, demeurant et domicilié à Paris, rue des Dames 16.

Ai l'honneur d'exposer et porter à la connaissance de qui de droit que par suite de la lenteur et de la stagnation des affaires et de la conduite de ma femme, actuellement gérante de mon fonds de commerce, rue des Dames 16, je suis obligé dans l'état de gêne qui m'est créé de suspendre mes paiements et de déposer mon bilan en actif et en passif tel qu'il est ci-dessous détaillé que je déclare certifier et véritable en son entier.

Actif :

Marchandises en magasin et en fabrication : 5 000 F.

Matériel et agencements : 1 000 F.

Valeur du fonds : 2 000 F.

Mobilier : 200 F.

Total de l'actif : 8 200 F.

Passif :

Créance Cinqualbre et Villard, 5, rue Greneta, Paris : 1 207,00 F.          

Créance Lelièvre et Descabroux, marchand de soieries, 99, boulevard de Sébastopol : 551,70 F.

Créance Simon et Besson, marchand de soieries, 127, rue Thevenot : 900,75 F.

Créance Chanal, marchand de soieries, 72, boulevard de Sébastopol : 140,00 F.

Créance Nicolach, fabricant de manches et fournitures, 32, rue Dussoubs : 172,45 F.

Renaudin, marchand de cannes, 82, boulevard de Sébastopol : 84,05 F.

Créance Planche, fabrique de manches et fournitures, 4, rue Saint-Sauveur : 41,50 F.

Créance Filliol, travail et fournitures, 2, rue Thévenot : 200,00 F.

Créance Armand, marchand de vin, 18, rue du Potteau : 150,00 F.

Créance Michel VIGINEIX-ROCHE, propriétaire, 33, rue de la Treille à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), argent prêté pour achat du fonds de commerce : 2 700,00 F.

Total du passif : 6 147,65 F.

Récapitulation :

Masse active : 8 200,00 F.

Masse passive : 6 147,65 F.

Reliquat faveur de l'actif : 2052,35 F.

Le reliquat en faveur de l'actif est de deux mille cinquante ­deux francs trente-cinq centimes.

Je soussigné, certifie sincère est véritable tout ce qui dessus et d'autre part détaillé.

 

Rapport du Tribunal de Commerce de la Seine de décembre 1884

Rapport à Messieurs les créanciers de la faillite du sieur VIGINEIX-ROCHE Jean, fabricant de parapluies, à Paris, 16, rue des Dames.

Messieurs les créanciers,

Le Tribunal de Commerce de la Seine, par jugement rendu sur dépôt de bilan, le 15 octobre 1884, a déclaré la faillite du sieur VIGINEIX-ROCHE, et m'a désigné comme syndic provisoire [M. Bonnean].

J'ai été maintenu dans ces fonctions comme syndic définitif par jugement du 29 octobre 1884.

Vous êtes réunis, Messieurs, pour entendre les propositions de concordat que votre débiteur peut avoir à vous faire.

Je vais au préalable, et en conformité de l'article 506 du Code de Commerce, vous faire mon rapport sur la situation de la fail­lite, sur les formalités qui ont été remplies, et les opérations qui ont eu lieu.

Le sieur Jean VIGINEIX-ROCHE est né à Clermont-Ferrand, le 26 septembre 1848, du mariage de Michel VIGINEIX-ROCHE et de Madeleine Dutronchet. Sa mère est décédée et n'a rien lais­sé dans sa succession ; son père n'a pas de fortune personnelle.

Il s'est marié avec Jeanne Roux à la mairie du IXe arrondissement de Paris, le 18 mai 1878. Il n'a pas été fait de contrat.

Le futur époux possédait environ 1 500 F.

Il existe deux enfants du mariage.

Une instance en séparation de corps et de biens est actuelle­ment poursuivie devant le Tribunal Civil de la Seine, à la requê­te de la dame VIGINEIX-ROCHE.

La dame VIGINEIX-ROCHE avait été autorisée par ordon­nance de M. le président à gérer provisoirement le fonds de com­merce, 16, rue des Dames.

Le sieur VIGINEIX-ROCHE a satisfait à la loi militaire, et a été exempté du service par son numéro.

Dans sa jeunesse, il a appris à Paris l'état d'imprimeur-litho­graphe, et ensuite a toujours travaillé comme ouvrier dans diverses administrations et chez des imprimeurs.

En 1880, le sieur VIGINEIX-ROCHE a acheté d'un sieur du Cayneray, le fonds de commerce de marchand de parapluies, situé à Paris, rue des Dames, n° 16. Cette acquisition a été faite moyennant 2 000 F payables à terme. Ce prix a été entièrement payé.

Il a été dépensé environ 4 500 F en frais d'installation.

Le bail a été fait pour trois, six ou neuf années, à compter du 1er avril 1880 ; le loyer annuel est de 1 500 F. Il a été payé six mois de loyer d'avance.

Il était dû, à l'époque de la déclaration de faillite, le terme échu en juillet, et le terme en cours.

Par suite de l'instance en séparation de corps, le sieur VIGINEIX-ROCHE s'est trouvé dans l'impossibilité de continuer l'exploitation du dit fonds de commerce ; il a déposé son bilan.

Ce bilan peut se résumer ainsi :

Actif :

Mobilier personnel : 200,00 F.

Fonds de commerce : 2 000,00 F.

Matériel : 1 000,00 F

Marchandises : 5 000,00 F.

Total : 8 200,00 F.

Passif : 16 400,00 F.

Dispensé de l'apposition des scellés par ordonnance de Mon­sieur le juge-commissaire, j'ai dressé en un jour l'inventaire de tout l'Actif dépendant de la faillite, il en est résulté la prisée sui­vante :

Mobilier personnel : 324,00 F.

Matériel : 223,00 F.

Marchandises : 3 124,70 F.

Créances douteuses (mémoire) : 300,00 F.

Total, sauf mémoire : 3 971,70 F.

Le fonds de commerce paraissant avoir une certaine valeur.

Autorisé pour ordonnance de Monsieur le juge-commissaire à la faillite, j'ai fait procéder à la mise en adjudication par devant notaire, de ce fonds de commerce.

La vente a eu lieu en l'étude de Me Rigault, notaire, le 6 novembre courant.

Le fonds de commerce a été adjugé à M. Roux, moyennant :

Prix principal d'adjudication : 1 020 F.

Loyers d?avance : 750 F.

Marchandises à dire d'expert : 1 831 F.

Total : 3 601 F.

C'est là tout l'actif de la faillite.

Le sieur VIGINEIX-ROCHE attribue sa faillite à l'insuffi­sance de ses ressources et à l'instance en séparation de corps actuellement pendante.

Après l'expiration du délai de vingt jours fixé par la loi pour la production des titres de créances, il a été en plusieurs assem­blées tenues sous la présidence de Monsieur le juge-commis­saire à la faillite, procédé à la vérification et à l'affirmation des créances produites.

Il en est résulté la situation passive suivante :

10 créances vérifiées et affirmées : 4 019,45 F.

4 créances vérifiées non affirmée : 2 942,20 F.

1 créance non produite : 140,00 F.

Total du Passif : 7 101,65 F.

Quand à l'Actif, Messieurs, il consiste uniquement dans le prix de l'adjudication du fonds de commerce soit la somme de : 3 601,00 F.

Total de l'Actif : 3 601,00 F.

Mais de cette somme il y a lieu de déduire :

1° Loyers arriérés payés au propriétaire : 414,10 F.

2° Privilèges divers, dépenses et frais de faillite, pouvant, dès à présent être évalués à : 800,00 F.

Total des dépenses : 1 214,10 F.

Il restera donc libre à vous répartir : 2 386,90 F.

L'Actif à répartir étant de 2 386,90 F, et le Passif appelé à prendre part à la répartition, s'élevant à 7 101,65 F, vous aurez à recevoir, si vous vous constituez en état d'union, un dividende d'environ 33 %.

Telle est, Messieurs, la situation en présence de laquelle vous vous trouvez.

Le Syndic.

Signature M. Bonneau.

Paris décembre 1884.

Enregistré le 27 janvier 1885.

Différents autres documents figurent dans ce dossier :

- relevé de casier judiciaire (néant), en date du 24 octobre 1884 ;

- états des créanciers, ainsi que le détail des créances, en date du 8 décembre 1884 ;

- une visite du sieur VIGINEIX-ROCHE à la prison de Mazas, Paris (aujourd'hui détruite), en date du 28 février 1885 ;

- compte du syndic, en date du 18 mars 1885.

Inventaire (n° du greffe 16538) :

L'an mil huit cent quatre-vingt-quatre le seize octobre.

Nous soussigné Alfred Louis Bonneau demeurant à Paris, 6, rue de Savoie, agissant au nom et comme syndic de la faillite du sieur VIGINEIX-ROCHE Jean, fabricant de parapluies, demeu­rant à Paris, 16, rue des Dames, fonctions qui m'ont été confé­rées par jugement du Tribunal de Commerce de la Seine, du quinze octobre courant, et dispensé de l'opposition des scellés par ordonnance de Monsieur le juge commissaire de la faillite en date d'hier laquelle sera enregistrée avec les présentes et y demeurant annexée.

Nous sommes transporté rue des Dames n° 16 dans l'établis­sement commercial du sieur VIGINEIX-ROCHE, et rue Lemer­cier, n° 1, dans son habitation, et nous avons dressé le présent inventaire.

Mobilier personnel :

Dans une pièce se trouvant à la suite de la boutique :

- quatre lits en fer : 100,00 F ;

- une table noyer : 15,00 F ;

- un poële et ses tuyaux : 8,00 F ;

- batterie de cuisine et vaisselle : 10,00 F ;

- deux chaises : 2,00 F.

Total : 135,00 F.

Dans l'appartement occupé par le sieur VIGINEIX-ROCHE :

- un lit acajou : 50,00 F ;

- une armoire en noyer, et portes pleines : 45,00 F ;

- une commode dessus marbre : 30,00 F ;

- une petite table en bois blanc, et son tapis : 2,00 F ;

- dix pièces de cuisine en fer battu : 5,00 F ;

- un tableau paysage cadre doré : 25,00 F ;

- un tableau chromolithographie : 15,00 F ;

- une petite glace : 15,00 F ;

- une coupe : 2,00 F.

Total du mobilier : 324,00 F.

Matériel industriel :

- vitrines : 150,00 F ;

- un comptoir caisse : 25,00 F ;

- cinq chaises : 5,00 F ;

- une banquette molesquine : 10,00 F ;

- une glace : 25,00 F.

Total du matériel : 223,00 F.

Marchandises :  

Dans la vitrine à gauche en entrant, rue des Douanes :  

- cent trois cannes, à 1 F : 103,00 F ;

- vingt-quatre cravaches, à 1 F : 24,00 F.

Dans la vitrine à droite, rue Lemercier :

- cent cinquante-deux cannes : 152,00 F ;

- dix-neuf cravaches, cannes ou badines : 1,00 F.

Dans la vitrine à gauche, même rue :

- vingt parapluies : 80,00 F ;                                                           

- vingt-sept en-cas : 61,00 F ;

- une ombrelle : 5,00 F.

Dans la vitrine à droite, sur la rue des Dames :

- trente parapluies à 3 F : 90,00 F.

Dans la vitrine de face à gauche :

- dix parapluies de dame : 35,00 F ;

- vingt et un parapluies d'homme : 84,00 F.

Dans la vitrine du fond à gauche :

- trente parapluies : 120,00 F ;

- trois en-cas : 9,00 F.

Dans la vitrine de face, à droite du comptoir :

- vingt parapluies d'homme à 4 F : 80,00 F ;

- trente-sept en-cas : 111,00 F.

Dans la vitrine au fond, à droite :  

- quinze parapluies de dame : 60,00 F ;

- dix-sept en-cas : 42,00 F ;

- vingt-huit fourreaux de parapluies : 5,60 F.

Dans la pièce du fond :

- quarante-sept montures : 94,00 F ;

- quatorze en-cas montés : 35,00 F ;  

- cent parapluies, seize manches d'occasion, et sept joncs : 25,00 F.

Soies en coupes et pièces :

- 8 mètres satinette : 16,00 F ;

- 40 mètres botaine : 120,00 F ;

- 2 mètres soie bleue, doublure chine : 3,00 F ;

- 25 mètres d'étoffes de couleur en coupe : 50,00 F ;

- 4 mètres soie Florence : 8,00 F ;

- 5 mètres soie en coupe à 2,50 F : 12,50 F ;

- une coupe soie bleue de 3 mètres : 6,00 F ;

- 2,50 mètres soie : 7,00 F ;

- trois petits coupons soie noire et de couleur : 10,00 F.

Soierie ? Parapluies :

- 16 mètres carmélite sergé à 4 F le mètre : 64,00 F ;

- 3 mètres satin Lakmé à 6,25 F le mètre : 18,75 F ;

- 28 mètres noir souple à 3 F le mètre : 84,00 F ;

- 6 mètres carmélite uni à 3,25 F le mètre : 19,50 F ;

- 5 mètres carmélite uni à 3 F le mètre : 15,00 F ;

- 12 mètres vert uni à 3,50 F le mètre : 42,00 F ;

- 14 mètres satin carmélite à 4,75 F le mètre : 66,50 F ;

- 4 mètres sergé vert à 6,50 F le mètre : 26,00 F ;

- 6 mètres carmélite sergé à 4,25 F le mètre : 25,50 F ;

- 18 mètres bleu marine à 4 F le mètre : 72,00 F ;

- 28 mètres carmélite sergé à 7 F le mètre : 196,00 F ;

- 30 mètres carmélite sergé à 6,50 F le mètre : 195,00 F ;

- 22 mètres satin noir Lakmé à 3,25 F le mètre : 71,50 F ;

- 4 mètres soie tramée à 4,75 F le mètre : 19,00 F ;

- 6 mètres carmélite sergé à 5 F le mètre : 30,00 F ;

- 6 mètres marron souple à 3 F le mètre : 18,00 F ;

- 16 mètres silésienne à 2,40 F le mètre : 38,00 F.

Soieries en-cas :

- 4 mètres carmélite sergé à 4,75 F le mètre : 19,00 F ;

- 14 mètres étoffe changeante à 6 F le mètre : 84,00 F ;

- 1 mètre rouge changeant à 9,50 F le mètre : 9,50 F ;

- 1 mètre satin vieil or à 12 F le mètre : 12,00 F ;

- 0,75 mètre double face à 11,50 F le mètre : 8,60 F ;

- 10 mètres bleu marine sergé à 3,25 F le mètre : 32,50 F ;

- 4 mètres satin sergé à 7,25 F le mètre : 29,00 F ;

- 1 mètre bleu marine à 7,25 F le mètre : 7,25 F ;

- 17 mètres vert sergé à 3,25 F le mètre : 55,25 F ;

- 8 mètres taffetas bleu changeant à 3,50 F le mètre : 28,00 F ;

- 1 mètre bleu marine à 6,50 F le mètre : 6,50 F ;

- 1 mètre vert à 6,50 F le mètre : 6,50 F ;

- 1 mètre bleu marine à 7 F le mètre : 7,00 F ;

- 1 mètre double face à 6,50 F  le mètre : 6,50 F ;

- 3 mètres sergé à 4,75 F le mètre : 14,25 F ;

- 3 mètres noir sergé à 4,50 F le mètre : 13,50 F.

Étoffes pour ombrelles et doublures :

- 2 mètres broché à 12 F le mètre : 24,00 F ;

- 3 mètres taffetas à 3,50 F le mètre : 10,30 F ;

- 5 mètres satin noir à 3,50 F le mètre : 17,50 F ;

- 1 mètre satin noir à 6,50 F le mètre : 6,50 F ;

- 1 mètre étoffe écrue à 5 F le mètre : 5,00 F ;

- 14 mètres double face, bleu et vert, à 1 F le mètre : 14,00 F ;

- 2 mètres doublure rouge à 1,75 F le mètre : 3,50 F ;

- 3 mètres doublure blanche à 1,75 F le mètre : 5,25 F ;

- 6 mètres doublure blanche à 2,25 F le mètre : 13,50 F ;

- 22 mètres doublure blanche à 1,40 F le mètre : 30,80 F ;

- 5 mètres Florence à 2,75 F le mètre : 13,75 F ;

- 2 mètres Florence à 2,75 F le mètre : 5,50 F ;

- 6 mètres doublure verte à 1,40 F le mètre : 8,40 F.

Alpagas :

- 58 mètres alpaga Botany à 1,35 F le mètre : 78,30 F ;

- 50 mètres alpaga Botany à 1,15 F le mètre : 57,50 F ;

- 3 mètres moire à 2 F le mètre : 6,00 F ;

- 15 mètres Botany noir à 1 F le mètre : 15,00 F ;

- 10 mètres moire à 2 F le mètre : 20,00 F ;

- 10 mètres satin à 1,75 F le mètre : 17,50 F.

Total de la prisée des marchandises : 3 124,70 F.

Créances :

Il existe différents recouvrements à effectuer sur certains clients de la maison de commerce du sieur VIGINEIX-ROCHE, pouvant s'élever à environ 300 F ; mais il paraît difficile d'en poursuivre utilement la réalisation, il n'en est question ici que pour ordre.

Mémoire :

Récapitulation :

Mobilier personnel : 324,00 F.

Matériel : 223,00 F.

Marchandises : 3 124,00 F.

Total : 3 671,70 F.

Comptabilité :

La comptabilité du sieur VIGINEIX-ROCHE est tenue au moyen de simples agendas.

Il n'existe ni livre Journal, ni livre de Caisse.

Clôture :

Ce fait, ne se trouvant plus rien à dire, comprendre ni décla­rer au présent inventaire, il est demeuré clos et arrêté après ser­ment préalablement prêté par le sieur VIGINEIX-ROCHE d'y avoir bien fait comprendre et déclaré tout ce qui, à sa connais­sance, dépend et peut dépendre de l'Actif de la faillite, sans en avoir rien pris ni détourné, vu ni su qu'il en ait été rien pris ni détourné par qui que ce soit, directement ou indirectement, et ce sous les peines de droit.

Et il a signé avec nous après lecture faite. 

 

Renseignements généalogiques sur cette famille

 Jean VIGINEIX-ROCHE (VIGINET-ROCHE), lithographe, fabricant de parapluies, né à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le mardi 26 décembre 1848, décédé à Paris ? après 1902 [fils de Michel et de Madeleine Dutronchet], épouse à Paris IXe le samedi 18 mai 1878 Jeanne Roux, demoiselle de magasin, cou­turière, fabricante de parapluies, née à Saint-Genès-de-Retz (Puy-de-Dôme) le mardi 31 janvier 1854, décédée à Paris ? avant 1902 [fille de François et de Maria Forestier].

Les témoins lors du mariage sont : Gabriel Pierre VIGINET­-ROCHE, 39 ans, plombier, cousin germain, habitant 45, rue Bro­chant à Paris ; Pierre Ducret, 52 ans, oncle de l'époux, habi­tant 106, rue des Dames à Paris; Jean Roux, 45 ans, ferrailleur, frère de l'épouse, habitant 92, rue du Maine à Paris ; Victor Gérard, 52 ans, fabricant de parapluies, habitant 82, rue Saint-­Lazare à Paris.

Trois enfants de ce couple :

Jeanne Marie VIGINET-ROCHE (VIGINEIX-ROCHE), née à Paris VIIIe le vendredi 7 mars 1879, décédée à Louveciennes (Yvelines) le mercredi 24 mai 1961, épouse à Paris Xe le mardi 12 octobre 1897 Sylvain Alexis Bloch (Block).

Maurice Pierre Charles VIGINET-ROCHE (VIGINEIX-ROCHE), employé, né à Paris XVIIe le mardi 16 janvier 1883, décédé à Paris XIIe le lundi 30 juin 1902.

Camille Mélanie VIGINET-ROCHE (VIGINEIX-ROCHE), née à Paris XVIIe le mercredi 27 mai 1885, décédée ?

Le divorce fut prononcé le 25 juillet 1887.

Le petit Viginet, n°5, juin 2004

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires