Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 00:00

Un Viginet apparaît lors d'un procès

 

Les faits préliminaires

 

Des plaintes s'élevaient depuis longtemps contre l'interven­tion illégale du duc d'Orléans et de la camarilla dans la direction de l'armée. Le National avait déjà signalé plusieurs fois les effets désastreux de cette influence, lorsque parut inopinément l'or­donnance explicative de la loi du 14 avril 1832. Le National atta­qua cette ordonnance dans un article qui produisit une profonde sensation; le ministère public fit saisir ce journal, et usant de la faculté que lui donnent les lois de septembre, il l'assigna, dans les trois jours, devant la Cour d'assises de la Seine.

Trois chefs d'accusations étaient articulés contre l'article incriminé qui avait paru dans Le National du 24 avril, et que nous donnons ci-après.

Offense à la personne d'un des membres de la famille royale.

Provocation à la désobéissance aux lois.

Provocation non suivie d'effet au crime d'insubordination et de révolte militaire.

On trouve page 22 :

M. le président. - Accusée Grouvelle, levez-vous. Vous avez été signalée dans l'instruction, et presque dans le public, comme distribuant des secours abondants aux malheureux; vous visitiez les hôpitaux et les prisons. Une lettre d'un sieur Viginet apprend que, pendant le choléra, vous étiez allée à l'hospice du Lazaret, et que là vous donniez des secours à lui et aux autres. Cependant l'instruction fait remarquer que vos secours s'appli­quaient principalement à ceux qui professaient l'opinion répu­blicaine.

- R. Cela n'a rien d'étonnant, puisque cette opinion est la mienne.

 

Source : Procès et acquittement du National poursuivi pour avoir défendu l'égalité, les droits de l'armée. La loi contre le privilège et le régime des ordonnances; contenant l'article incriminé, le débat, les réquisitoires; la plaidoirie et la réplique de Me Michel (de Bourges), député de Niort, Paris, Pagnerre éditeur, rue de Seine, 14 bis, 1838.

                                                                                                    Le petit Viginet, n°27, novembre 2008

Partager cet article

Repost 0

commentaires