Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 08:09

Achat d'une terre à Saint-Nectaire
par Antoine VIGINEIX en 1857


Acte passé chez Me Michel Mallet, notaire à Champeix (Puy-de-­Dôme), le 29 novembre 1857 (archives départementales n° 18474).

Pardevant Me Michel Mallet, notaire à la résidence de Champeix, chef-lieu de canton, arrondissement d'Issoire, département du Puy-­de-Dôme et son collègue, soussignés,

ont comparu

M. Victor Bonnefont,

M. Gilbert Poutigayot,

M. Antoine Audraud et Mme Marie Poutigayot, son épouse qu'il autorise,

          tous propriétaires et cultivateur, demeurant à Neschers,

et Mme Louise Buffaud, veuve de M. Pierre Bonnefont, proprié­taire et cultivateur, demeurant à Champeix.

Agissant conjointement et solidairement entre eux, renonçant au bénéfice de division.

Lesquels vendent, par ces présentes, avec toutes les garanties de fait et de droit.

A M. Antoine VIGINEIX, époux d'Anne Brun, propriétaire et cultivateur, demeurant à Saint-Nectaire, présent et acceptant.

Une terre située dans les dépendances de la commune de Saint-­Nectaire, au terroir de La Rochette, contenant environ six ares, joi­gnant au levant, la terre de Michel Vaury ; au midi, celle de VIGl­NEIX, acquéreur, et au couchant et au nord, la voie commune.

Telle au surplus qu'elle se limite et se comporte, avec ses aisances et ses dépendances, plus amples et meilleurs confïns, sans garantie de la contenance ci-dessus fixée dans le plus ou le moins, reconnu au profit de la partie de l'acquéreur quelle que soit cette différence.

L'immeuble, présentement vendu, dépendait de la communauté qui a existé entre défunt Pierre Bonnefont et Louise Buffaud compa­rante en conséquence la moitié appartient à sa veuve et l'autre moitié à Victor Bonnefond et à M. Gilbert Poutigayot et Mme Andraud comme héritiers du sieur Bonnefont, leur frère et oncle, le tout ainsi qu’il est établi dans un acte passé devant Me Mallet, notaire, le vingt sept septembre mil huit cent cinquante sept, enregistré.

Pierre Bonnefont avait acquis cette terre de Léger Delaigue, pro­priétaire demeurant à Farges, commune de Saint-Nectaire, moyen­nant une rente annuelle de neuf francs cinquante centimes, payable le quinze mai de chaque année, suivant contrat passé devant Me Mallet, notaire soussigné, le cinq mai mil huit cent quarante six, enregistré.

L'acquéreur devenu propriétaire en disposera comme de chose lui appartenant en toute propriété et jouissance dès ce jour.

La présente vente est faite aux charges, clauses et conditions sui­vantes, que l'acquéreur s'oblige à exécuter, savoir :

1° De prendre l'immeuble vendu dans l'état où il se trouve actuellement.

2° De supporter les servitudes passives dont il est grêvé, devant profiter de celles actives qui y sont attachées.

3° D'acquitter les contributions dont il est imposé dès ce jour.

4° De payer les frais des présentes.

Et en outre cette vente est consentie moyennant la somme de deux cent trente francs de prix principal.

Et à ces présentes est intervenu M. Jean Bellonte, propriétaire, époux de Marie Delaigue, fille et donataire des biens de son père M. Léger Delaigue, propriétaire et cultivateur, demeurant à Farges, commune de Saint-Nectaire, créancière de la vente ci-dessus.

Lequel reconnaît avoir présentement reçu en espèces d'argent ayant cours, comptées et délivrées à la vue des notaires.

De M. VIGINEIX, acquéreur.

La somme de deux cent trente francs pour le prix de la présente vente et composée : 1° de la somme de cent quatre vingt dix francs pour le capital de la rente de neuf francs et cinquante centimes, éta­blie par le contrat du cinq mai mil huit cent quarante six ci-dessus relaté, ci 190,00 F.

2° De celle de quatorze francs vingt cinq centimes pour arré­rages encourus de cette rente, ci 14,25 F.

3° Et de celle de vingt cinq francs soixante quinze centimes pour les frais du dit acte de contrat de rente y compris ceux de la grosse et de la transcription qui a eu lieu au bureau des hypothèques d'Issoire, le trente septembre mil huit cent cinquante sept, le total égal devient, ci 230,00 F.

De laquelle somme de deux cent trente francs ainsi reçu, il consent quittance au dit sieur VlGINEIX à ses droits résultant de l'acte du cinq mai, et notamment à l'effet de l'inscription prise d'office au bureau des hypothèques d'Issoire, le trente septembre mil huit cent cinquante sept, vol. 397, n° 359.

Comme il est dit ci-dessus, M. Bellonte touche le rembourse­ment de la dite rente, comme époux de Marie Delaigue, donataire de Léger Delaigue, son père, par acte conforme.

L'acquéreur fera transcrire sous (illisible) si bon lui semble, les formalités passives pour parvenir à la purge des hypothèques légales levant à ses frais dépendant l'accomplissement des formalités et s'il y a ou survient des inscriptions, des vendeurs ne sont tenus d'en supporter la mainlevée et de garantir l'acquéreur de toutes recherches à ce sujet.

Dont acte.

Fait et passé à Champeix, en cette étude.

L'an mil huit cent cinquante sept le vingt neuf novembre.

Les sieurs Bonnefont, Poutigayot et la veuve Bonnefont et VlGI­NEIX ont déclaré ne savoir signer de ce enquis, les sieurs Andraud et Bellonte ont signé avec les notaires après lecture.

Le petit Viginet, n°30, juin 2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires