Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 08:07

Quittance entre

Pierre VIGINElX-ROCHE et Antoine Rigaud

 

Acte passé chez Me Michel Mallet, notaire à Champeix (Puy-de­-Dôme), le 19 novembre 1856 (archives départementales n°17449).


         Pardevant Me Michel Mallet, notaire à la résidence de Champeix, chef-lieu de canton, arrondissement d'Issoire, département du Puy-­de-Dôme devant et son collègue soussignés, le 18 novembre 1856,

a comparu

M. Pierre VIGINEIX-ROCHE - LAVELLE, propriétaire et cul­tivateur, demeurant à Champeix.

Lequel donne, par ces présentes, quittance pleine et entière.

A M. Antoine Rigaud, célibataire, demeurant à Chainat, com­mune de Ludesse, présent et acceptant,

de la somme de cent cinquante francs, due sur celle de deux cent francs, prix principal de la vente, consentie par M. VIGINEIX­-ROCHE à M. Rigaud, suivant contrat passé devant Me Mallet, notaire, le treize avril mil huit cent cinquante-six enregistré.

Les cinquante francs formant le surplus du prix de cette vente ont été payés comptant le jour de l'acte qui en contient quittance.

Dont acte.

Fait et passé à Champeix, en l'étude.

L'an mil huit cent cinquante-six le treize novembre.

Les comparants ont signé avec le notaire après lecture.

Le petit Viginet
, n°30, juin 2009

 

Repost 0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 07:00

Obligation entre

Pierre VIGINElX-ROCHE et Jean Pocheboune


Acte passé chez Me Michel Mallet, notaire à Champeix (Puy-de-­Dôme), le 18 novembre 1856 (archives départementales n°17464).

Pardevant Me Michel Mallet, notaire à la résidence de Champeix, chef-lieu de canton, arrondissement d'Issoire, département du Puy-­de-Dôme devant et son collègue soussignés, le 18 novembre 1856,

a comparu

M. Pierre VIGINEIX-ROCHE, époux de Louise Lavelle, pro­priétaire et cultivateur, demeurant à Champeix.

Lequel reconnaît devoir, par ces présentes, bien légitimement pour cause de prêt fait en espèces d'argent ayant cours.

A M. Jean Pocheboune-Passion, propriétaire maire, demeurant à Saint-Fleuret (Saint-Floret ?), présent et acceptant.

La somme de mille francs que M. VIGINEIX-ROCHE s'oblige à payer et porter à M. Pocheboune à Champeix en l'étude de Me Mallet, dans un an de ce jour avec l'intérêt à cinq pour cent par an sans retenue, lequel courra jusqu'à parfaite libération et sera payable chaque année au dix-huit novembre.

Et pour garantie du montant de la présente obligation, en prin­cipal, intérêts et accessoires, le sieur VIGINEIX hypothèque tous les biens immeubles qu'il possède dans les communes de Ludesse et de Champeix, consistant en les bois, parcelles de terre, prés, vignes et jardins sur lesquels ils seront grevés soit pour inscription des frais.

Dont acte.

Fait et passé à Champeix, en l'étude.

L'an mil huit cent cinquante six le dix-huit novembre, je dis dix-­huit novembre.

Les comparants ont signé avec les notaires après lecture. Enregistré à Champeix le vingt-six novembre 1856, f° 96 ; reçu dix francs double décime deux francs.

Obligation entre

Pierre VIGINElX-ROCHE et Jean Pocheboune

Acte passé chez Me Michel Mallet, notaire à Champeix (Puy-de-­Dôme), le 18 novembre 1856 (archives départementales n°17464).

Pardevant Me Michel Mallet, notaire à la résidence de Champeix, chef-lieu de canton, arrondissement d'Issoire, département du Puy-­de-Dôme devant et son collègue soussignés, le 18 novembre 1856,

a comparu

M. Pierre VIGINEIX-ROCHE, époux de Louise Lavelle, pro­priétaire et cultivateur, demeurant à Champeix.

Lequel reconnaît devoir, par ces présentes, bien légitimement pour cause de prêt fait en espèces d'argent ayant cours.

A M. Jean Pocheboune-Passion, propriétaire maire, demeurant à Saint-Fleuret (Saint-Floret ?), présent et acceptant.

La somme de mille francs que M. VIGINEIX-ROCHE s'oblige à payer et porter à M. Pocheboune à Champeix en l'étude de Me Mallet, dans un an de ce jour avec l'intérêt à cinq pour cent par an sans retenue, lequel courra jusqu'à parfaite libération et sera payable chaque année au dix-huit novembre.

Et pour garantie du montant de la présente obligation, en prin­cipal, intérêts et accessoires, le sieur VIGINEIX hypothèque tous les biens immeubles qu'il possède dans les communes de Ludesse et de Champeix, consistant en les bois, parcelles de terre, prés, vignes et jardins sur lesquels ils seront grevés soit pour inscription des frais.

Dont acte.

Fait et passé à Champeix, en l'étude.

L'an mil huit cent cinquante six le dix-huit novembre, je dis dix-­huit novembre.

Les comparants ont signé avec les notaires après lecture. Enregistré à Champeix le vingt-six novembre 1856, f° 96 ; reçu dix francs double décime deux francs.

Le petit Viginet, n°30, juin 2009

Repost 0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 07:57

5 octobre 1902

INAUGURATION DE L'ECOLE MAIRIE
DE CHARTAINVILLIERS

 

     Après Gas et Mainvilliers, en même temps qu'à Voves, on inaugurait dimanche à Chartainvilliers une nouvelle école et ce fut pour nous un plaisir nouveau de nous retrouver au milieu des vaillantes populations de nos campagnes dont nous avons été si souvent à même d'apprécier dans nos pérégrinations multiples, les qualités précieuses qui distinguent et caractéri­sent la race beauceronne.

     Entre toutes ces qualités, nous devons rendre un hommage particulier - et nous sommes heureux de l'occasion qui nous est offerte pour le faire - au courage digne d'éloge des habi­tants de Chartainvilliers qui non contents, à deux ans à peine d'intervalle, d'avoir su réparer le désastre de l'effroyable incendie que nous savons, n'ont pas hésité à s'imposer de lourds sacrifices pour la création de l'école dont nous fêtions dimanche l'inauguration.

 

L'ECOLE

     A l'ancienne salle de classe, au plafond bas, aux murs décré­pis, s'est substituée une construction simple d'allure, avec par­tie centrale - l'appartement du dévoué instituteur M. ROUS­SEAU - flanquée de la salle de la mairie et de la salle d'école, spacieuse, pleine de lumière et d'air où ne manquera pas de s'épanouir l'intelligence des écoliers qui la fréquenteront ; deux dépendances complètent ce groupe élevé sur les plans de M. VAILLANT, architecte à Chartres.

 

LA CEREMONIE

     Toute pavoisée de guirlandes et drapeaux, c'est telle qu'elle nous est apparue dimanche, la commune elle-même s'est trans­formée ; plantations, mâts, oriflammes. Il n'en fallut pas plus pour lui donner un air de fête, air simple peut être, mais de si bon aloi !

     A deux heures, MM. THIBONNEAU, secrétaire général et LHOPITEAU, député, arrivent ; les pompiers, les enfants de l'école, l'Harmonie de Maintenon, la majeure partie de la popu­lation se portent à leur rencontre.

     Le cortège se forme et MM. THIBONNEAU et LHOPITEAU, entourés de M. BRADIN, maire ; DAUVILLIERS, adjoint ; COUTURIER, inspecteur général de l'enseignement primaire, du Conseil municipal et des invités parcourent les rues et pénè­trent, aux accents de La Marseillaise, dans la salle de la mairie où est servi un vin d'honneur.

 

LE VIN D'HONNEUR

     Autour de MM. THIBONNEAU, LHOPITEAU, COUTU­RIER, BRADIN et DAUVILLIERS, se pressent les invités que nous retrouverons le soir au banquet.

     Monsieur le Maire adresse à tous un cordial salut de bienve­nue et se fait l'interprète du conseil municipal tout entier en leur exprimant sa vive gratitude. MM. THIBONNEAU, LHO­PITEAU, COUTURIER remercient M. le Maire de ses aimables paroles. Une gentille fillette récite un compliment au nom de ses compagnes et remet un bouquet à M. THIBONNEAU et un à M. LHOPITEAU qui l’embrassent.

     Les bouchons sautent, s'entre-choquent les verres à la pros­périté de la commune pendant qu'au dehors la foule se masse et que du ciel tombe un pâle rayon de soleil d'automne, le seul peut-être qui ait brillé de la journée.

     Chut, M. THIBONNEAU reprend la parole et annonce aux enfants qu'un jour de congé supplémentaire leur est accordé à l'occasion de la fête. C'est là un excellent lendemain.

 

LA PARTIE CONCERT

     Au programme des fêtes de Gas et de Mainvilliers s'est ajou­tée une partie concert qui n'a pas été la moins goûtée du public très nombreux qui se pressait sous la tente du bal Faget où il a eu lieu.

     En eut-il été autrement avec les excellents amateurs qui s'étaient chargés de l'exécution, à commencer - dû sa modes­tie en souffrir - par l'accompagnatrice Mlle COUTURIER, de Gallardon, à laquelle un rare talent a réservé une place parmi les  étoiles de notre firmament artistique, et pour laquelle nous distillerons les meilleurs éloges, MM. Jean et [Henri] VIGI­NEIX ont tenu avec un entrain endiablé le côté comique et le public, par ses rappels, a témoigné du vif plaisir qu'il éprouvait à les entendre, c’est tout dire... M. LESIEUR dans sa chanson marche, genre tyrolienne, n'a pas été moins applaudi, non moins les jeunes violonistes FOUCHE et CHANTEGRAIN à qui vont de droit toutes nos félicitations.

     L'Harmonie de Maintenon, sous l'habile direction de M. CAMUS, ne s'est pas non plus ménagée au concert, coupant d'heureuse façon les différents numéros du programme. « Amour et cuisine », comédie en un acte, qui terminait le spectacle, a soulevé, malgré l'aphonie d'un artiste plein de bonne volonté, des rires unanimes.

     Bref, tout s'est passé le mieux du monde et à la satisfaction générale sans le moindre accroc, abstraction faite de celui que s'est fait, en jouant son rôle, M. [Henri] VIGINEIX, le conscrit n°11.

     Une quête a été faite, à l'issue du concert, au profit de la Caisse de Secours de la commune et a produit la somme de seize francs.

 

AU BANQUET

     Immédiatement après le concert, portait le programme, grand banquet annoncé auquel ont pris part plus de soixante convives parmi lesquels MM. THIBONNEAU, LHOPITEAU, COUTURIER, BRADIN, maire ; DAUVILLIER, adjoint ; LEFEVRE, REDREAU, BLONDEAU, BENOIST, CHEMIER, REGNIER, LANGLOIS, conseillers municipaux ; MILLO­CHAU, délégué cantonal ; docteur GAULE, BENOIST, ALLAIN, PIOCHE, CHANTEGRAIN, GOUABAULT, CAMUS, HAYES, ROUSSEAU, instituteur ; FEUILLU, MAUGER, sous­-lieutenant de pompiers ; QUETARD, Henri et Jean VIGINEIX, CHAUVRON, LHOMME, BEAUGER, LITER, A. et R. DAU­VILLIERS, CHARTIER, HUET, DHONNEUR, J. et A. LAN­GEOIRE, LOISON, GUILLAUME, PIAT, E. et C. BENOIST, J. et E. REGNIER, GALLAIS, LECUYER, BAUCHET, CHAU­VEAU, DAIGNEAU.

     D'aimables voisins de table, des plats excellents, que pou­vions nous demander de plus ! Davantage d'adresse au garçon de salle, peut-être ! Ce sont là des petits incidents qui ont trou­vé grâce devant le menu que voici : Consommé printanier, Noix de boeuf, Truite, Civet de lièvre, Haricots flageolets, Gigot de pré salé, Salade, Biscuits de Savoie, Fruits, Gâteaux secs, Desserts, Café, Liqueurs, Vin rouge, Madère, Bordeaux, Champagne.

     Le tout servi par le Vatel très connu de Maintenon, M. GAN­DON.

 

LES TOASTS

     Pour les journalistes, la partie dessert est généralement inconnue. Et allez donc manger et boire d'une main, et prendre des notes de l'autre, car avec le dessert est venue l'heure des toasts, nous ne changerons pas les habitudes, M. BRADIN, maire, le premier, se lève. Il charge M. THIBONNEAU d'expri­mer à M. le Préfet, au nom du Conseil Municipal et au sien, ses meilleurs sentiments, les remercie ainsi que MM. LHOPITEAU, COUTURIER et VAILLANT, qui n'a pu faire qu'une courte apparition à la fête, et tous ses hôtes d'aujourd'hui ; il exprime sa gratitude au Conseil, qui n'a cessé de lui prêter son appui, à l'instituteur dont le dévouement est sans égal.

     M. BRADIN termine en buvant à la prospérité de tous, à celle aussi de la nouvelle école et lève son verre à M. LOUBET.

     M. THIBONNEAU est très touché des paroles de M. le Maire il explique que M. BRELET, empêché par une indisposition dont il sera vite remis, n'a pu se rendre à l'invitation qui lui a été faite. Pour sa part il est heureux d'avoir été choisi pour le représenter au milieu de populations auprès desquelles il était sûr de trouver le plus cordial accueil.

     Ces populations, il les félicite des efforts qu'elles font pour se maintenir au niveau de la société actuelle ; elles font œuvre patriotique en donnant à leur école tout le confort que néces­site une instruction et une éducation nouvelle. Leurs sacrifices porteront leurs fruits.

     M. THIBONNEAU lève son verre en terminant en l'honneur de M. LOUBET.

     M. COUTURIER est ici à un double titre, c’est un compa­triote et un universitaire. Comme compatriote, il évoque quelques souvenirs personnels, comme universitaire, il expose que le premier devoir des maîtres est d'expliquer aux élèves les principes de liberté, d'égalité, de fraternité contenus dans la Déclaration des Droits de l'Homme, il montre que nul ne sau­rait revendiquer sa liberté propre s'il ne respecte celle d'autrui, que de l'égalité en présence des droits découle la fraternité. Il adresse son salut aux maîtres, ses collaborateurs, et boit à la prospérité de la nouvelle école et à l'influence heureuse qu'elle pourra exercer sur l'avenir du pays.

     M. LHOPITEAU, après avoir remercié ses hôtes, évoque le souvenir de ceux aux dépens desquels s'est élevée cette construction, les contribuables. C'est pour lui un spectacle réconfortant de voir que, dans le canton de Maintenon, l'ins­truction est assurée dans les meilleures conditions de salubrité. Il espère que, comme par le passé, les conseillers municipaux apporteront dans leurs discussions la même bonne foi, la même sincérité, qualités qu'il voudrait, lui « dont la vie politique, espère-t-il, touche à sa fin », voir s'étendre chez les politiciens.

     Il emporte l'assurance que dans le canton la génération actuelle est en de bonnes mains, félicite le corps enseignant tout entier, M. ROUSSEAU, l'instituteur en particulier, qui sait faire, non seulement des élèves, mais encore des tireurs, par lesquels la France sera défendue et dominera les autres nations.

     M. LHOPITEAU termine en portant la santé du corps ensei­gnant tout entier et s'adresse aux générations qui suivront et qui seront les plus fermes soutiens de la République.

     La nuit est déjà noire lorsque se termine le banquet ; l'école est brillamment illuminée. Autour d'elle s'est groupée une par­tie de la population et de la jeunesse que tout à l'heure nous retrouverons au bal. Lorsque nous quittons Chartainvilliers, l'animation est à son comble sous la tente Faget. Loin de nos hôtes, le murmure de la brise dans les feuilles semble comme un écho des flonflons de l'orchestre et nous fait revivre les ins­tants agréables que nous avons passé, ce dimanche, et dont nous saurons conserver le meilleur souvenir.

 

M. MINE

Article relevé dans le Journal de Chartres du mardi 7 octobre 1902.

 

Article extrait du site de la commune de Chartainvilliers (http::/www.mairie-chartainvilliers.fr), remerciements très sincères de la rédaction pour cet accord de parution.

 
Le petit Viginet, n°28, février 2009 

 

Repost 0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 00:41
Onomastique
 

DARRAS

   

Contrairement à ce que l'on serait tenté de traduire hâtivement, ne provient pas de la ville d'Arras (Pas-de-Calais), mais de l'expression darâ, contraction de d'àras = tout près (de).

Surnom de celui qui habitait tout près d'un groupe de maisons, tout près d'un village, etc.

A moins qu'il ne s'agisse de l'abréviation de darassê = dix-sept, dix­-septième, surnom d'un enfant d'une famille nombreuse.

 

 

Gérald Vigineix

Le petit Viginet
, n°26, septembre 2008

Repost 0
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 00:00

Marguerite VIGINET

 

Décès de Marguerite Viginet, acte reconstitué (1851)

L'an mil huit cent cinquante et un, le douze juin, est décédée à Paris, boulevard de l'Hôpital 47, dou­zième arrondissement, Marguerite Viginet, châ­lière, âgée de soixante-douze ans, née à Saint-Nec­taire (Puy-de-Dôme) mariée à Germain Monteil, demeurant rue Saint-Denis 35.

 

 

Le petit Viginet, n° spécial Quelques familles Viginet, Vigineix à Paris aux XIXe-XXe siècles (II)
Repost 0
Jean-Pierre Vigineix - dans Actes sur Paris
commenter cet article
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 00:00

Le petit Viginet

 

2003

n°0 – 2003 :

Une partie de l'ascendance retrouvée d'Annet Viginet, ambassadeur de Saint-Nectaire à Paris

 

n°l (septembre 2003) :

L'ascendance partielle de Marcelin Paul Louis Viginet et de sa famille, né en mer près des côtes australiennes

 

n°2 (décembre 2003) :

Des Vigineix victimes de la guerre 14-18 en Eure-et-Loir et dans le Puy-de-Dôme et quelques dates importantes en Auvergne et en France aux XVIIe et XVIIIe siècles

 

2004

n°3 (février 2004) :

Le petit historique du manoir du Viginet à Saint-Nectaire

 

n°4 (avril 2004) :

Michel Alphonse Vigineix-Roche engagé au 7e régiment des hussards en 1846

« Mademoiselle Julia »

Famille Boyer-Vigineix (avec des photographies)

 

n°5 (juin 2004) :

La faillite de Jean Vigineix-Roche, fabricant de parapluies, son ascendance et sa descendance

 

n°6 (septembre 2004) :

Un mariage de Vigineix en 1906 (avec des photographies)

Des petites brèves...

 

n°7 (novembre 2004) :

Deux contrats des mariages de Gilbert Vigineix

Un peu d'Onomastique...

et l'arbre généalogique des rédacteurs

 

2005

n°8 (février 2005) :

Une variété de violette... Vigineix !

Pierre Viginet, victime de la Commune

 

n°9 (avril 2005) :

Jean Auguste Viginet pendant la guerre de 1870

Des photographies d'Annet Viginet sur Saint-Nectaire vers 1900

 

n°10 (juin 2005) :

Partage après le décès de Gilbert Vigineix (transcription de l'acte)

Des photographies d'Annet Viginet sur Saint-Nectaire vers 1900 (fin)

 

n°11 (septembre 2005) :

Mariage de Vigineix en 1909, en Eure-et-Loir

 

n°12 (novembre 2005) :

Des compléments militaires sur les deux Vigineix décédés à la Grande Guerre

et une nouvelle victime trouvée sur le site Internet Mémoire des hommes...

avec un petit arbre généalogique

 

2006

n°13 (février 2006) :

Marie Michel Viginet, maire et fabricant de fromages...

avec un petit arbre généalogique

Antoine Vigineix, maire de Ludesse

 

n°14 (avril 2006) :

La compagnie de Viginet en 1759-1760

 

n°l5 (juin 2006) :

Remboursement, vente et quittance à Gilbert Vigineix

 

n°16 (septembre 2006) :

Un problème de voisinage au Vernet-Sainte-Marguerite

 

n°17 (novembre 2006) :

Contrat de mariage entre Annet Vigineix et Marie Fagheon...

avec un petit arbre généalogique

Un reliquaire de 1553

 

Numéro spécial : États de services militaires de quelques Vigineix

 

2007

n°18 (février 2007) :

Partage entre Jean et Guillaume Vigineix

Vente de 2 000 francs par Jean à Gilbert Vigineix

 

n°19 (avril 2007) :

Contrat de mariage entre Guillaume Vigineix et (Henriette) Marie Berthelage

(avec des photographies)

 

n°20 (juin 2007) :

Un brevet déposé par un Vigineix en 1995

Saint-Nectaire et le manoir du Viginet entre 1923 et 1947

(avec des cartes postales de l'époque)

Découvert dans un livre...

 

Numéro spécial : Des Vigineix/Viginet en Île-de-France aux XIXe-XXe siècles (I)

 

2008

n°23 (février 2008) :

Au sujet du livre Catalogue raisonné... de P. Marès et Guillaume Vigineix

 

n°24 (avril 2008) :

Spécial Vizinet de Besse (XVIe-XVIIe siècles)...

 

n°25 (juin 2008) :

Quittance

Demande de changement d'écriture du nom

Un Vigineix cité en 1793 dans un livre

Contrat de mariage entre Léger Vigineix et Marie Terme

 

Numéros spéciaux sur les descendances... (II) : La reconstitution de la descendance d'Antoine Vigineix et de N.

 

n°26 (septembre 2008) :

Les achats de François Vigineix-Roche en 1848

Mariage à Alger en 1901 entre Marie Louise Viginet et Joseph Jean Wacheux

Suite des recherches et quelques informations sur le Fénelon

Un peu d'onomastique...

 

n°27 (novembre 2008) :

Achat d'une maison par Jean Viginé et Geneviève Foucher

Donation-partage entre les époux Virginet-Foucher et leurs enfants

 

2009

Numéro spécial : Des Vigineix/Viginet en Île-de-France aux XIXe-XXe siècles (II)

Emprunt de Gilbert Vigineix auprès de Mme Antoinette Douif

Quittance par les époux Germot-Benoît aux consorts Vigineix

Inventaire de la vente aux enchères de la bibliothèque de livres de botanique de Guillaume Vigineix (suite)

 

n°28 (février 2009) :

Inauguration de l'école mairie de Chartainvilliers (Eure-et-Loir) en 1902

Inventaire de la vente aux enchères de la bibliothèque de livres de botanique de Guillaume Vigineix (suite)

 

n°29 (avril 2009) :

Les liens de parenté entre Antoinette Vigineix et Jacques Hélian, Raymond et Michel Legrand

Inventaire de la vente aux enchères de la bibliothèque de livres de botanique de Guillaume Vigineix (suite)

 

n°30 (juin 2009) :

Charles Victor Viginet dépose un brevet en 1853 pour un éventail

Obligation entre Pierre Vigineix-Roche et Jean Pocheboune

Quittance entre Pierre Vigineix-Roche et Antoine Rigaud

Quittance entre Germain Vigineix et Antoine Feuillade

Achats d'Antoine Vigineix en 1857

Inventaire de la vente aux enchères de la bibliothèque de livres de botanique de Guillaume Vigineix (suite et fin)

 

Numéro spécfial : La Commune… et Pierre Viginet

 

n°31 (septembre 2009) :

Contrat de mariage entre Louis Viginé et Reine Félicité Duchesne

Contrat de mariage entre Jean Bouvet et Louise Geneviève Viginé

Contrat de mariage entre Jean Pierre Viginé et Marie Madeleine Dessiennes

Onomastique des patronymes alliés

Sur Internet...


 

Un de ces bulletins vous intéresse...
contacter la rédaction pour l'obtention par courrier :

lepetitviginet@laposte.net 

Repost 0
Jean-Pierre Vigineix - dans Revue de livre
commenter cet article
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 06:09

Enfants du Couple Jean VIGINEIX-Charlotte NOËL 

  

Naissance de Joseph Viginet, acte reconstitué (1820)

L'an mil huit cent vingt le huit décembre est né à Paris sur le cinquième arrondissement, Joseph Viginet, du sexe masculin, fils de Jean Viginet, menuisier et de Charlotte Noël, son épouse, demeurant à Paris, rue Saint-Spire n°6.

 

Naissance de Charles Victor Viginet, acte reconstitué (1820)

L'an mil huit cent vingt-deux le quinze novembre est né à Paris sur le cinquième arrondissement, Charles Victor Viginet, du sexe masculin, fils de Jean Viginet, menuisier et de Charlotte Noël, son épouse, rue Saint-Spire n°6.

 

Le petit Viginet, n° spécial Quelques familles Viginet, Vigineix à Paris aux XIXe-XXe siècles (II)
Repost 0
Jean-Pierre Vigineix - dans Actes sur Paris
commenter cet article
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 00:00

Enfants
d’Éléonore Antoinette Gabrielle VIGINEIX-ROCHE

 

Naissance d'Armand Vigineix-Roche, acte n°73 (1888)

L'an mil huit cent quatre-vingt-huit, le six janvier à onze heures du matin. Acte de naissance de : Armand du sexe masculin, né le quatre de ce mois, à sept heures et demie du soir, au domicile de sa mère ; fils de : Gabrielle Vigineix-Roche, âgée de vingt et un ans, coutu­rière, demeurant avenue de Clichy n°164 et de père non dénommé. Dressé par nous Jacques Philippe Auguste Gasne, adjoint au maire, officier de l'état civil du dix-septième arrondissement de Paris, offi­cier d'Instruction publique, sur la présentation de l'enfant et déclara­tion faite par Mme Bacant, âgée de soixante ans, sage-femme qui a assisté à l'accouchement demeurant rue Gauthey n°4 en présence de : Émile Maquelin, âgé de quarante et un ans, aéronaute, demeurant rue Boulay n°8, et Félix Eppel, âgé de quarante-sept ans, peintre, demeu­rant passage du Petit-Cerf n°5, témoins qui ont signé avec la décla­rante et nous après lecture.

Mention marginale :

Par acte dressé en cette mairie le vingt février mil huit cent quatre vingt-huit, Éléonore Antoinette Gabrielle Vigineix-Roche a reconnu l’enfant dénommé en l’acte ci-contre.

 

Reconnaissance d'Armand Vigineix-Roche, acte n°587 (1888)

L'an mil huit cent quatre-vingt-huit, le vingt février à quatre heures et quart du soir. Acte de reconnaissance de : Armand du sexe mascu­lin, né le quatre janvier dernier inscrit le surlendemain, sur cet arron­dissement sur le n°73 comme fils de Gabrielle Vigineix-Roche et de père non dénommé. Dressé par nous Jacques Philippe Auguste Gasne, adjoint au maire, officier de l'état civil du dix-septième arrondisse­ment faite par Éléonore Antoinette Gabrielle Vigineix-Roche, âgée de vingt et un ans, couturière, demeurant à Paris, avenue de Clichy 164 qui reconnaît le susdit Armand pour son enfant en présence de Théo­phile Joseph Rayroux, âgé de trente ans, conservateur de cette mairie, y demeurant, décoré de la médaille militaire, et d'Auguste Le Gros, âgé de soixante-sept ans, garçon de bureau de cette mairie, demeurant à Paris, rue Truffaut n°4, témoins qui ont signé avec la déclarante et nous après lecture.

 

Décès d'Armand Vigineix-Roche, acte n°1333 (1888)

L'an mil huit cent quatre-vingt-huit, le vingt-six mai à neuf heures du matin. Acte de décès d'Armand Vigineix-Roche, âgé de quatre mois, décédé chez sa mère, avenue de Clichy 164, le vingt-quatre mai à huit heures du soir, fils de père non dénommé et d'Éléonore Antoinette Vigineix-Roche, âgée de vingt-deux ans, couturière, demeurant avenue de Clichy 164. Dressé par nous René Toussaint Albert Movert, adjoint au maire, officier de l'état civil du dix-septième arrondissement de Paris, officier de la Légion d'honneur, officier d'Académie, sur la déclaration d'Eugène Gilbert, âgé de trente-cinq ans, tapissier, 147 avenue de Clichy et de Lucien Geoffroy, âgé de vingt-six ans, employé, rue des Batignolles 18, non parents qui ont signé avec nous après lecture.

 

Naissance de Louise Valentine Vigineix-Roche, acte n°1335 (1889)

L'an mil huit cent quatre-vingt-neuf, le vingt-trois avril à midi et demi. Acte de naissance de : Louise Valentine du sexe féminin, née le vingt et un de ce mois à quatre heures du soir, au domicile de sa mère, fille de Gabrielle Antoinette Éléonore Vigineix-Roche, âgée de vingt-deux ans, couturière, demeurant avenue de Clichy n°164 et de père non dénommé. Dressé par nous Jean Georges Léon Jules Cos­nard, adjoint au maire, officier de l'état civil du dix-septième arron­dissement de Paris, officier d'Académie sur la présentation de l'enfant et déclaration faite par Anne Bacaut, âgée de cinquante-six ans, sage-­femme qui a assisté à l'accouchement, demeurant rue Gauthery n°4, en présence de Jules Peltier, âgé de trente-deux ans, docteur en méde­cine, demeurant boulevard Arago n°50 et de Julien Level, âgé de vingt-deux ans, employé, demeurant rue Truffaut n°50, témoins qui ont signé avec la déclarante et nous après lecture.

Mention marginale :

Par acte dressé en cette mairie le treize juin mil huit cent quatre­-vingt neuf, Éléonore Antoinette Gabrielle Vigineix-Roche a recon­nu l'enfant inscrit en l'acte ci contre.

Mariée a Rongy (Belgique) le six mai mil neuf cent onze avec Victor François Ghislain Desmoutier. Dont mention le trois avril mil neuf cent douze.

Décédée à Cachan (Val de-Marne) le trente septembre mil cent soixante-sept.

Retranscrit le six octobre mil neuf cent soixante-sept.

 

Reconnaissance de Louise Valentine Vigineix-Roche, acte n°1914 (1889)

L'an mil huit cent quatre-vingt-neuf, treize juin, à onze heures du matin. Acte de reconnaissance de Louise Valentine du sexe féminin, née le vingt et un avril de cette année, inscrite le surlendemain, n°1335 sur cet arrondissement comme fille de Gabrielle Antoinette Éléonore Vigineix-Roche et de père non dénommé. Dressé par nous Jean Georges Léon Jules Cosnard, adjoint au maire, officier de l'état civil du dix-septième arrondissement de Paris, officier d'Académie, sur la déclaration faite par : Éléonore Antoinette Gabrielle Vigineix-Roche, âgée de vingt-trois ans, couturière, demeurant avenue de Clichy n°164, qui reconnaît la susdite Louise Valentine pour son enfant, en présence de Paul Blin, âgé de trente-six ans, commissionnaire, rue Pouchet n°11, de Louis Gamahut, âgé de trente-deux ans, employé, rue des Batignolles n°18, témoins qui ont signé avec la déclarante et nous après lecture.

 

Naissance de Florence Célestine Pauline Vigineix-Roche, acte n°1785 (1896)

L'an mil huit cent quatre-vingt-seize, le premier juillet, à onze heures un quart du matin. Acte de naissance de Florence Célestine Pauline, du sexe féminin, née le vingt-neuf juin dernier à cinq heures du matin chez sa mère ; fille de Gabrielle Vigineix-Roche, âgée de trente ans, matelassière, domiciliée rue des Moines 95 et de père non dénommé. Dressé par nous, Vittorien Marco Antonio Tamburini, adjoint au maire du dix-sep­tième arrondissement de Paris, officier d'Académie, officier de l'état civil du dix-septième arrondissement, sur la présentation de l'enfant et la déclaration de Léa Gauchery, trente-sept ans, sage-femme, rue Louron 6, ayant assisté à l'accouchement. En présence d'Alexandre Dumas, trente-neuf ans, menuisier, domicile rue des Moines 95 et de René Pommier, quarante-deux ans, menuisier, rue de Laue 58, témoins qui ont signé avec la déclarante et nous, après lecture.

Mention marginale :

Reconnue en cette mairie le dix juin mil huit cent quatre-vingt-dix-­neuf, par Éléonore Antoinette Gabrielle Vigineix-Roche.

Mariée à Eaubonne (Seine-et-Oise) [maintenant Val-d'Oise] le seize août mil neuf cent dix-sept avec Lucien Joseph Sourdeau.

Le cinq septembre mil neuf cent dix-sept.

 

Reconnaissance de Florence Célestine Pauline Vigineix­Roche, acte n°1496 (1899)

L'an mil huit cent quatre-vingt-dix-neuf, le dix juin, à deux heures trois quarts du soir. Acte de reconnaissance de : Florence Célestine Pauline, du sexe féminin, née le vingt-neuf juin mil huit cent quatre-­vingt-seize, inscrite en cette mairie, n°1785, comme fille de Gabrielle Vigineix-Roche, et de père non dénommé. Dressé par nous, Charles Joseph Fergeau, adjoint au maire du dix-septième arrondissement de Paris, procédant sur la déclaration d'Éléonore Antoinette Gabrielle Vigineix-Roche, âgée de trente-deux ans, sans profession, domiciliée rue Pouchet 11, qui reconnaît la susdite Florence Célestine Pauline pour son enfant, en présence d'Alexandre Dumas, quarante-deux ans, ébéniste, rue Pouchet 11, et de : Louis Mormot, quarante ans, plom­bier, rue des Moines 93, témoins qui ont seuls signés avec nous, la déclarante en étant empêchée, après lecture.

Mention marginale :

Florence Célestine Pauline Vigineix-Roche est décédée à Néchin, Wallonie (Belgique) le 19 juin 1979.

Le petit Viginet, n° spécial Quelques familles Viginet, Vigineix à Paris aux XIXe-XXe siècles (II)
Repost 0
Jean-Pierre Vigineix - dans Actes sur Paris
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 00:00

Actes sur la descendance du couple

Pierre VIGINEIX-ROCHE–Antoinette RIVES

 

Naissance de Michel Alphonse Vigineix-Roche, acte reconstitné (1826)

L'an mil huit cent vingt-six, le douze juillet, est né à Paris, troi­sième arrondissement, Michel Alphonse, du sexe masculin, fils de Pierre Vigineix-Roche et d'Antoinette Rives.

NDLR : Michel Alphonse Vigineix-Roche s'est engagé le 15 février 1845 pour le 7e régiment des hussards (voir Le petit Viginet n°4, avril 2004 et n°9, avril 2005).

 

Mariage entre Pierre Adolphe Simonnot et Marie Vigineix­-Roche (1841)

L'an mil huit cent quarante et un et le deuxième jour du mois d'oc­tobre, après la publication des bans faite en cette église, par trois dimanches consécutifs, vu le certificat de l'acte civil, par nous prêtre vicaire de cette paroisse [Saint- Thomas-d'Acquin] soussigné, ont été mariés, après avoir donné leur mutuel consentement et ont reçu la bénédiction nuptiale, Pierre Adolphe Simonnot, employé, fils majeur de Simon Simonnot et de Madeleine Adèle Denest, demeu­rant place de la Belle-Chasse, n°15, en cette paroisse d'une part et Marie Vigineix-Roche, fille majeure de Pierre Vigineix-Roche et d'Antoinette Rives, demeurant place de la Belle-Chasse et même numéro, également en cette paroisse d'autre part. En présence de Pierre Jacques Lameau, officier en retraite, demeurant rue Casimir-­Perier, n°15, Edmé Sailly, rentier, demeurant rue d'Enfer, n°25, Jean Marie Chapie, concierge, demeurant rue de Serre, n°9 et d'Eugène Alexandre Bouvet, loueur de voitures, demeurant rue Casimir-Perier, n°15. Lesquels ont signé avec nous ainsi que l'époux et l'épouse.

 

Acte de décès de Marie Vigineix-Roche, acte n°3628 (1871)

Du vingt octobre mil huit cent soixante et onze, à trois heures du soir. Acte de décès de Marie Vigineix-Roche, sans profession, âgée de cinquante-deux ans et demi, mariée à Pierre Adolphe Simonnot, employé, âgé de cinquante-cinq ans ; fille de Pierre Vigineix-Roche et d'Antoinette Rive, son épouse, tous deux décédés ; la dite défunte née à Ludesse (Puy-de-Dôme), et décédée à Paris, en son domicile, rue du Rocher, n°95, aujourd'hui, à dix heures du matin. Constaté par nous, officier de l'état civil du huitième arrondissement de Paris, sur la déclaration du mari de la défunte, demeure susdite, et de Joseph Bouvat, tapissier, âgé de trente ans, demeurant rue de Sèvres, n°15, neveu de la défunte, lesquels ont signé avec nous, après lecture faite.

Le petit Viginet, n° spécial Quelques familles Viginet, Vigineix à Paris aux XIXe-XXe siècles (II)
Repost 0
Jean-Pierre Vigineix - dans Actes sur Paris
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 06:07

Couple Marie VIGINEIX-Etienne BELLOT

 

Mariage entre Marie Vigineix et Étienne Bellot, acte reconstitné (1841)

L'an mil huit cent quarante et un, le dix août, à la mairie du cinquième arrondissement de Paris.

Acte de mariage d'Étienne Bellot, garçon de bains, demeurant rue de Pantin, n°14, fils de François Bellot, décédé, et de Marie Audiget.

Et de Marie Vigineix, lingère, demeurant rue de Pantin, n°16, fille de JeanVigineix, décédé, et d'Anne Chandèze.

 

Décès de Marie Vigineix, acte n°1513 (1875)

Du huit juin mil huit cent soixante-quinze, neuf heures du matin. Acte de décès constaté suivant la loi ; de Marie Vigineix, marchande de vins, âgée de cinquante-quatre ans et six mois, née à Ludesse (Puy-de-Dôme) décédée hier à midi en son domi­cile, rue Myrha 58, mariée à Étienne Bellot, marchand de vins, âgé de soixante-deux ans, même demeure ; fille de Jean Vigineix et d'Anne Chandèze, son épouse, tous deux décédés. Sur la déclaration faite à nous, officier de l'état civil, par Antoine Bellot, marchand de vins, âgé de vingt-sept ans, boulevard Ornano 24, fils de la défunte, et par Jean Blancmaume, marchand de vins, âgé de quarante-trois ans, rue des Partants 7, frère, qui ont signé avec nous après lecture.

Le petit Viginet, n° spécial Quelques familles Viginet, Vigineix à Paris aux XIXe-XXe siècles (II)
Repost 0
Jean-Pierre Vigineix - dans Actes sur Paris
commenter cet article