Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 06:04

Mariage à Alger en 1901 entre

Marie Louise VIGINET et Joseph Jean Wacheux

 

Voici le texte d'un mariage concernant Marie Louise VIGINET trouvé au Centre des archives de l'outre-mer à Aix­-en-Provence :

 

Mariage du sieur Wacheux et de la demoiselle VIGINET.

L'an mil neuf cent un, le 23 mars à 3 h 3/4 du soir.

Acte de mariage de Monsieur Wacheux Joseph Jean, pro­fession de comptable, né à Médéa, département d'Alger, le 3 juin 1871, demeurant rue Sadi-Carnot, 68, à Mustapha, près Alger, avec sa mère, fils majeur et légitime de Wacheux Joseph Jean décédé au dit Médéa le 14 février 1891 et de Lacassy Marie, sans profession, ici présente et consentant.

Le futur déclare sous serment avec sa mère que l'acte de décès qu'il produit concerne bien son père qui y est dési­gné avec un prénom de plus que dans son acte de nais­sance, déclaration renouvelée par les témoins.

D'une part.

Et de demoiselle VIGINET Marie Louise, sans profession, née à Monsempron [actuellement Monsempron-Libos], département de Lot-et-Garonne, le 1er octobre 1876, demeurant à Alger, rue Rovigo, 36, fille majeure et légitime de VIGINET Antoine et de Soubiret Louise, décédés tous deux, le premier à Douaoura, commune de Koléa, le 19 août 1889, le second à Alger, le 20 septembre 1900, acte n° 172 de nos registres.

La future déclare sous serment que les aïeux sont décé­dés. mais qu'elle ignore le lieu de leur décès et leur dernier domicile, déclaration renouvelée par les témoins.

Elle atteste, en outre, sous serment, avec les témoins que l'acte de décès qu'elle produit concerne bien son père dont le nom patronymique n'y est pas orthographié comme dans son acte de naissance.

D'autre part.

Les publications de mariage ont été faites la première, le dimanche 10 mars 1901 à midi, et la seconde le dimanche suivant, et affichées aux termes des articles 63 et 64 du Code civil ainsi qu'à Mustapha, sans opposition.

Après lecture, faite, aux termes de la Loi, de toutes les pièces réglementaires produites en bonne forme qui sont restées ci-annexées et paraphées ainsi que le chapitre VI, du titre V du Code civil, intitulé Du Mariage, articles 212 et suivants, et après avoir interpellé les futurs époux et la per­sonne, ici présente appelée à consentir d'avoir, conformé­ment à la loi du 10 juillet 1850, à déclarer s'il a été fait un contrat de mariage, ils nous ont répondu non.

Nous avons ensuite demandé aux futurs époux s'ils vou­laient se prendre pour mari et pour femme. Chacun d'eux nous a répondu séparément et affirmativement.

En présence des quatre témoins ci-après, savoir :

Monsieur Réal Auguste, architecte, âgé de 44 ans, demeurant à Alger, non parent des futurs.

Monsieur Baldy Jules, employé de commerce, âgé de 25 ans, demeurant à Mustapha, non parent des futurs.

Monsieur Wacheux Alfred, comptable, âgé de 45 ans, demeurant à Mustapha, frère du futur.

Monsieur Wacheux Henri, mécanicien, âgé de 41 ans, demeurant à Mustapha, frère du futur.

Ensuite de quoi, Nous Rouquet Bernard, adjoint au maire de la ville d'Alger, délégué pour remplir les fonctions d'officier de l'état civil, avons prononcé au nom de la Loi que Monsieur Wacheux Joseph Jean et Mademoiselle VIGI­NET Marie Louise sont unis par le mariage.

Et après lecture en présence de tous, ils ont signé, avec Nous, et les témoins, le présent acte qui a été fait double dans le local ordinaire de la mairie où le public a été admis.

La mère de l'époux ne sait signer.

  Le petit Viginet, n°26, septembre 2008

 

Repost 0